Services à domicile et Etablissements pour personnes âgées : les professionnels se mobilisent !

Conférence de presse du 21 février 2018.

Le 30 janvier, plus de 30% des personnels s’occupant des personnes âgées, confrontés tous les jours à des charges de travail toujours plus importantes, avaient manifesté leur découragement, leur inquiétude et leur colère face à l’inertie des gouvernements successifs depuis plus de quinze ans.

Ils n’ont pas été entendus malgré trois courriers adressés à la ministre de la Santé et au chef de l’Etat.

Le gouvernement s’est contenté de répondre qu’il allait créer une commission pour développer la bientraitance…

Devant l’inertie du gouvernement, une dizaine de syndicats et l’Association des Directeurs au service des Personnes Âgées, AD-PA, qui regroupe les directeurs de services à domicile, de coordinations et d’établissements pour personnes âgées se sont réunis. Ensemble, ils ont organisé une conférence de presse le 21 février 2018 pour dire leur volonté persistante de se faire entendre par le gouvernement et leur intention de mobiliser les salariés et les personnes concernées par l’accompagnement à l’autonomie des personnes âgées.

Thésy Bionnier et Dominique Brault, du BN de l’ANHR, étaient présentes à cette conférence.

Les journalistes conviés (Le Monde, Le Figaro, Notre Temps, etc.) ont d’abord écouté les différents syndicats présenter leurs revendications avant de poser leurs questions.

Les syndicats ont dénoncé les charges et horaires de travail qui bousculent la vie familiale des salariés et laissent un sentiment d’insuffisance et de lassitude. Ils ont aussi évoqué les arrêts de travail, qui alourdissent encore la charge de travail, et les accidents de travail, plus nombreux que ceux du secteur du BTP (Bâtiment et Travaux Publics).

Chacun des syndicats présents et l’AD-PA demandent une prévention de la maltraitance sociétale (du fait de l’insuffisance de personnel) et la reconnaissance des personnels (par un budget permettant réellement l’embauche et la revalorisation des salaires).

Ils ont décidé de mobiliser à nouveau les personnels le 15 mars prochain devant le ministère de la Santé afin d’être reçus et entendus par madame Buzyn elle-même. Ils participeront également à la journée de mobilisation de la Fonction Publique le 22 mars.

L’ANHR est concernée pour trois raisons essentielles :

-Anciens salariés de la Fonction Publique Hospitalière : nous ressentons vivement le découragement des personnels de ces services et nous soutenons leurs revendications.

-Personnes âgées : comme futurs usagers éventuels, nous défendons la qualité des soins et la prise en charge des personnes soignées dans ces établissements et services.

-Citoyens : nous regrettons que l’objectif gouvernemental de redresser l’économie se fasse aux dépens de la Santé Publique et des Personnes Âgées.

Pas de commentaire.